vendredi 30 septembre 2016








Sous le signe du Lion



Dessin à la plume                                              shg








J'ai des matins africains 
aux sombres pestilences
des restes de sommeil 
plein du rire des hyènes
Des points d'eaux latérites 
où tu ne viens plus boire
Et mille et mille sabots 
en peurs paludéennes
Je suis le cadavre d'un amour antilope
 qui porte comme des fruits 
des grappes de vautours
et se fait dévorer tout vivant
tout vivant
Je connais des savanes 
au plus profond de moi
couvertes des ossements 
de tout ce qui fut nous
je sais des nuits africaines 
inexorablement placées
sous le signe du Lion







Dominique Malheux
"Sous le signe du Lion"











lundi 19 septembre 2016






Septains d'automne 
(suite)






Amaya  Gurpide 





 Je ne revois plus rien,
ô fantômes de désirs,
des souvenirs laiteux
de l'enfance lointaine
Les jours ont dévoré les jours
le temps à bout de souffle
s'est finalement rendu


Je goûterai la paix
sur un rivage de rires et de chants
La conque du silence
s'est éteinte à la naissance du jour.
Du long voyage des rêves
revenus sur leur pas
je goûterai la paix.



                                                                       shg 2016













 

mercredi 14 septembre 2016






Mon nom est Légion





Le violoncelliste                                    huile sur bois                                             shg






Je suis, l'essaim des bruits
et la contagion des mots vivants
allant et venant d'âme en âme.
Je suis Souffle. Je suis cendre,
fumée et flamme.
Tantôt l'instinct brutal,
tantôt l'élan divin.

Je suis ce grand passant,
vaste, invincible et vain
qu'on nomme vent
et j'ai l'étoile et l'étincelle
dans ma parole,
étant l'haleine universelle. 





Victor Hugo
"Dieu" Poème inachevé
(extrait " l' Esprit Humain "

















  

dimanche 11 septembre 2016









Dans les eaux les plus troubles




Annie Murphy Robinson







Dans les eaux les plus troubles,
le cœur est à son zénith;
et désespérée notre espérance
sur d'autres rivages de peau.
Ici, dans la nuit verte de notre vie désordonnée
l'été ruisselle de louanges.
Demain, entre ses ailes soyeuses
de mille plainte la mort nous bercera.



Jean-Jacques Beylac
"Sept soleils, sept lunes"
(extrait) 











samedi 6 août 2016







 Quintils d'été




He  Duoling







J'ai glissé mes pas
dans l'ombre des nuages
sans rien déplacer
sans laisser de traces
sans perdre de pensées

J'ai regardé mes pieds
et marchant toujours
j'ai compté mes pas
comme meurent en silence
les ors d'insatiables lumières

Je vais au pas de rêves
insoumis et muets
aux couleurs odorantes
de la vie qui s'éteint
de la mémoire perdue

Je vais par des chemins
couronnés de poussière
dans la geste de branches
embarrassées de jours
éclaboussées de vents

Je creuse mon sillage
dans le silence des nuits
accompagnant les vents
à l'ombre de étoiles
à l'ombre de mes pas






shg 07/2016









lundi 28 mars 2016






Strophes des lieux où s'asseoir
 
 
 
 
 
 
                  "L'homme au turban"                                     Van Eyck                 1433                   
 
 
 
strophe1
 Je suis assis au bord des sables
chantant la mort et les baisers
à l'heure où le ciel embrasé
m'offre portrait reconnaissable
de l'avenir couleur de fable
  
strophe6
Je me suis assis au bord des cris
au bord des guerres et des drames
j'ai joué j'ai perdu mon âme
j'ai maintenant le cheveux gris
ce que j'aimais on me l'a pris
 
 
 
 
 Aragon
"Le fou d'Elsa"
(extrait)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

mercredi 9 mars 2016






Corail








Max  Gasparini



 


Il s'alarme à l'idée que le regard appris,
il ne reste des yeux que l'herbe du mensonge.
Il est si méfiant que son auvent se gâte
à n'attendre que lui seul.
Nul n'empêche jamais la lumière exilée
de trouver son élu dans l'inconnu surpris.
Elle franchit d'un bond l'espace et le jaloux,
et c'est un astre entier de plus.



René Char
"Les matinaux"